Grève du 14 décembre

, par Christelle MARTIN

FO dépose un préavis de grève pour le 14 décembre RETRAIT DU PROJET DE PRIVATISATION MAINTIEN DU STATUT ET DE SON CONTENU AUGMENTATION GENERALE DES SALAIRES NON A LA REMISE EN CAUSE DE NOS RETRAITES

Nombre de collègues ont été choqués et indignés de voir la répression policière, d’une rare violence, menée contre les lycéens qui se mobilisent sur leurs revendications. Les lycéens, comme les salariés -leurs parents-, font face à la politique du gouvernement.

Le syndicat FO ADP condamne et fustige le gouvernement qui ose utiliser ces méthodes de répression policière, lesquelles sont allées jusqu’à l’humiliation gratuite de mineurs ! Au regard de la situation, nombre de collègues s’interrogent : N’est-ce pas le moment d’y aller ? Comment faire ?

C’est pourquoi, le syndicat FO ADP a décidé de déposer un préavis de grève sur les revendications suivantes : • RETRAIT DU PROJET DE PRIVATISATION • MAINTIEN DU STATUT ET DE SON CONTENU • AUGMENTATION GENERALE DES SALAIRES • NON A LA REMISE EN CAUSE DE NOS RETRAITES

Soucieux de s’engager sur la voie de l’action commune, le syndicat FO ADP a proposé un tract commun à la CGT (qui appelle à la grève également) , et participe aux heures d’informations que la CGT a organisées.


OUI au RETRAIT DU PROJET DE PRIVATISATION Et au MAINTIEN DU STATUT DU PERSONNEL ET DE TOUS LES DROITS QUI EN DECOULENT

Le gouvernement reste « droit dans ses bottes » , avec sa majorité à l’assemblée nationale qui a voté la privatisation d’Aéroports de Paris. L’ensemble des organisations syndicales seront reçues en audition au Sénat, pour exposer les raisons de notre opposition .

Les raisons, nous les connaissons ! :

- Privatiser ADP, c’est liquider le service public et accélérer le démantèlement d’Aéroports de Paris. ADP est un monopôle qui a dégagé 571 millions de bénéfices nets en 2017, et qui va également déployer le terminal 4 souhaitant faire passer le nombre de passagers transitant par la plate-forme de 69,5 millions en 2017 à plus de 150 millions à terme. Il dégagera mécaniquement des bénéfices conséquents dans les années à venir. Il est même fort probable que le prix de vente des 50% d’ADP détenus par l’Etat, qui l’a estimé à 9 milliards d’euros, soit très rapidement remboursés par les futurs bénéfices , au vu de la conjoncture économique du secteur aérien mondial.

- Les conséquences de la privatisation : c’est la marche forcée aux réorganisations qui suppriment des centaines de postes, détériorent les conditions de travail, remettant en cause les acquis collectifs.

Le gouvernement et la Direction expliquent que « le statut du personnel sera préservé. » On nous a déjà fait le coup en 2005 ! Si le statut demeure, l’avancement des cadres a été remis en cause, la sur-rémunération des temps partiels a été supprimée sauf exceptions, le SUFA et le COFA ne s’appliquent plus de la même manière que l’on soit un ancien ou un nouvel embauché. Aujourd’hui, on nous redit « le statut sera préservé » mais le PDG n’hésite pas à dire que certains dispositifs sont "anciens" et non compatibles avec la compétitivité. Autrement dit : les remises en cause du statut vont se poursuivre.

La Direction prépare la privatisation en témoigne les NAO.

OUI AUX AUGMENTATIONS DE SALAIRES NON AUX AVANCEMENTS ET AUX PRIMES AU MERITE

Les NAO se déroulent en ce moment. La Direction propose 0.6% d’augmentation générale au 1er juillet soit 0.3% sur l’année.

Une honte quand on pense aux chiffres de l’inflation, aux dividendes pour les actionnaires et au chiffre d’affaire.

Pour les bas salaires, la Direction propose de ne plus utiliser les échelons 110 et 112 car en dessous du SMIC. En faisant ainsi, elle raccourcit les grilles. Les salariés vont se retrouver en bout de grille plus rapidement.

Pour les fins de grille, la Direction propose une prime de 2100 euros conditionnée notamment à l’ancienneté et à des critères de postulation, d’engagement de l’agent aux transferts de compétence, de formation et tout cela soumis à l’appréciation hiérarchique.

Le DRH l’indique clairement : tout le monde ne l’aura pas. C’est donc une prime au mérite à la tête du client reposant sur une appréciation subjective de la hiérarchie.

Pire que tout, la Direction conditionne ses mesures "à une concertation sur l’évolution des avancements des catégories 1B, 2B, et 2C." dont le principe serait un avancement annuel. A la lecture, on pourrait se dire : pourquoi pas ?

Il s’agit de découper un actuel pas d’échelon en 9 (sous échelons). Ainsi, chaque année l’ensemble du personnel sera évalué et pourra percevoir, 1, 2 3 sous-échelons voir 0. C’est, là aussi, l’instauration d’un avancement au mérite qui n’est pas sans rappeler la remise en cause des avancements des cadres.

Quand on sait que Vinci (candidat à être acheteur d’ADP) ne fait que vanter la rémunération individualisée et au mérite, il semble que la Direction veuille des NAO "Vinci-compatibles". : La direction prépare, là encore, la privatisation !

A cela s’ajoute l’absence de précisions et de garanties sur la procédure de demandes de recours aux avancements. La DRH nous dit : Ayez confiance, signez et on verra ça après. C’est inacceptable ! Ce serait un chèque en blanc.

NON A LA RETRAITE PAR POINT – MAINTIEN DU SYSTEME PAR REPARTITION MAINTIEN DE TOUS LES REGIMES DE RETRAITES MAINTIEN DU PECULE – RETOUR AU PARDA

Le gouvernement poursuit là encore sa volonté de remettre en cause nos retraites voulant imposer un système par point en lieu et place du système par répartition.

ADP a toujours été bon élève dans l’application de toute la loi remettant en cause nos retraites. C’est en s’appuyant sur celle-ci que la Direction a remis en cause le PARDA.

Si le gouvernement poursuit, quid de l’avenir du PARDA pompier ? Et du PECULE prévu au statut du personnel ?

La Direction tente de nous faire partager le constat que le personnel est vieillissant à ADP. C’est un fait mais la Direction est la seule responsable de cette situation. Pour inverser la tendance, il suffirait embaucher les jeunes.

FO a proposé de recruter tous les jeunes alternants en CDI. La Direction a refusé tout net.

FO ADP revendique le retour à l’excellente solution du PARDA : Non seulement, les agents pourront accéder à la retraite plus tôt, mais ils seront remplacés par des jeunes !