Télétravail : Un eldorado ?

, par Christelle MARTIN

Le télétravail peut de prime abord paraître séduisant, notamment parce qu’il permet de réduire les temps de déplacement entre le domicile et le lieu de travail ou encore en donnant une liberté dans l’organisation du travail, un élément censé favoriser une meilleure articulation entre la sphère privée et la sphère professionnelle.

Il concerne aujourd’hui 9% des salariés en France. Ce chiffre couvre néanmoins des réalités bien différentes allant d’un travail partagé avec un temps plus ou moins long à domicile jusqu’au travail complet à domicile. Il peut également être occasionnel ou régulier.

Le travail à distance est loin de ne présenter que des avantages. En effet, les bénéfices escomptés peuvent rapidement se muter en de réelles contraintes souvent sous estimées par le télétravailleur. Ainsi, le sentiment de gain de temps et de diminution du stress lié au temps de trajet peut bien souvent laisser place à un accroissement de la fatigue et du stress lié à l’isolement du télétravailleur et à l’augmentation de sa charge de travail pour répondre aux attentes tant de l’entreprise que des clients.

Les télétravailleurs dépassent ainsi régulièrement les horaires de travail auxquels ils se limiteraient s’ils étaient présents dans les locaux de l’entreprise, allongeant substantiellement le temps consacré à la vie professionnelle au détriment de la vie personnelle.

Il est donc essentiel d’apporter des garanties spécifiques à cette nouvelle forme d’organisation du travail, en termes de conditions de travail, de respect du temps de travail, de défense des droits collectifs ou encore de prise en charge par l’employeur de l’équipement nécessaire à l’exercice du télétravail.

L’accord national interprofessionnel de 2005 a fixé un cadrage de fond permettant d’éviter le développement sauvage et sans garantie collective du télétravail. Toutefois, pour renforcer la protection des télétravailleurs et accompagner au mieux le développement du télétravail, il est essentiel de prévoir des dispositions spécifiques dans les conventions collectives de branches afin d’adapter la situation du télétravail aux secteurs d’activités et aux métiers concernés.

FO-Cadres a rédigé en février 2007 un argumentaire permettant d’exposer nos revendications à l’égard du télétravail, notamment pour la protection et la confidentialité des données personnelles. En effet, le télétravail nécessite la mise en place d’un système informatique adapté avec des règles de confidentialité et un accès sécurisé au réseau de l’entreprise. L’employeur ne peut par ailleurs exercer le même contrôle sur les télétravailleurs lorsqu’ils travaillent chez eux, ce contrôle doit s’accompagner de garanties spécifiques avec une intervention des Instances Représentatives du personnel. Le guide FO-Cadres a permis d’enrichir l’outil d’aide à la négociation collective en entreprise réalisé en 2011 par l’ORSE (observatoire sur la responsabilité sociétale des entreprises).

Pour en savoir plus :

http://www.fo-cadres.fr/wp-content/uploads/2012/12/GUIDE_SUR_LA_MISE_EN_PLACE_DU_TELETRAVAIL1.pdf