Fermeture des informations au public et suppression des QDS Quand le cœur du métier disparait, tout disparait !

, par Christelle MARTIN

L’ancienne direction, Graff/Rubichon, avait affirmé : "l’accueil et l’information du public sont le cœur du métier d’ADP. Les premiers agents d’ADP vus par les passagers au départ et les derniers aux arrivées sont les agents commerciaux, simples ou principaux, et leur encadrement les coordonnateurs commerciaux (CCO)". La direction s’était engagée lors de la réorganisation de 2008, à augmenter les effectifs en créant 200 postes supplémentaires (165 agents co et 35 CCO) au regard des nouvelles missions, accueil et gestion des PHMR, itinérance, mobilité, gestion des flux, "territorialité", etc.

Comme d’habitude, les fossoyeurs de nos activités n’ont pas respecté les engagements pris en Comité d’Entreprise. Les 165 postes d’agents commerciaux pour les nouvelles missions en mobilité n’ont jamais été créés et, au fil de l’eau, les effectifs ont fondu comme neige au soleil par le non remplacement des nombreux départs des agents commerciaux partis vers d’autres activités, alors qu’en dix ans, le nombre de passagers a augmenté de 25%.

Quel objectif dans cette prétendue réorganisation/liquidation ?

En fait les choses sont simples : agents commerciaux liquidés, CCO liquidés, coordonnateurs qualité de service (QDS) liquidés.

Création d’une nouvelle fonction de coordonnateurs services clients (CSC), responsables du pilotage d’un territoire, de la coordination des différents acteurs et "process" et de son bon fonctionnement fluide et efficace, en bonne interaction avec les autres territoires. Le CSC sera notamment chargé de coordonner la sous-traitance, d’assurer le suivi du niveau de qualité de service, d’anticiper et de réagir pour anticiper et résoudre les dysfonctionnements, de contribuer à la performance des "process" et à leur amélioration continue et "d’informer les clients passagers, le cas échéant".

370 salariés sont concernés par la suppression de leur activité et la direction indique qu’il n’y aura pas 370 postes de CSC mais qu’elle reclassera 100% des salariés ! Mais où ?

De qui se moque-t-on ?

Depuis des années, l’accueil des visiteurs du siège social n’est plus tenu par du personnel ADP mais par du personnel de la sous-traitance, taillable et corvéable à merci, et remercié au bout de quelques mois. Travail dissimulé, prêt de main d’œuvre illicite, mais personne n’a osé saisir le juge pour le prouver et faire condamner ADP.

Quand on liquide une activité stratégique pourtant considérée comme le cœur du métier, on peut tout liquider !

Au demeurant, le PDG ne s’est pas caché de ne pas être opposé aux externalisations, et gageons qu’il aura le soutien du nouveau Président de la République, qui semble ne s’intéresser qu’à la finance.

L’histoire en général et celle du mouvement social démontrent que seule la résistance peut les faire reculer. "Seuls les combats qui ne sont pas menés sont perdus d’avance." Bertolt Brecht.

FO pour sa part est prêt à mener ce combat avec les salariés, pour le maintien du service d’informations au public, missions de service public, indispensables pour les usagers. Les CSC et les infos peuvent coexister et participer ensemble à l’amélioration de l’accueil des usagers.

Le tract en PDF