fermeture du restaurant de CDGA Courrier au responsable de l’UO de CDGA

, par Christelle MARTIN

Monsieur,

Les salariés en horaires décalés de CDGA nous ont transféré le courriel qui leur a été adressé le dimanche 4 juin concernant la fermeture du restaurant de CDGA, le soir et le weekend.

L’UO demande aux salariés de faire le choix d’ici le 16 juin entre :

- l’attribution d’une prime de panier d’un montant de 4.28€

- l’attribution d’une carte individuelle pour accéder à la cantine d’Air France du terminal 2E (sauf pour les SSIAP) et de porter la durée de la pause repas à 50 minutes.

Nous comprenons, au regard de ce courriel que les salariés seront dans l’obligation une fois l’option choisie de se restaurer systématiquement le soir et le weekend au T2E ou de bénéficier pour toutes leurs vacations de soir et de weekend de 4.28€ de prime panier sans aucune possibilité de modulation entre les deux options.

Vous n’êtes pas sans savoir que le restaurant du personnel du 2E est le seul restaurant de la plateforme de CDG ouvert le soir et le weekend (en dehors de la structure provisoire de CDG1 d’une capacité de 30 personnes). Il y a donc une fréquentation très importante notamment, par les services de l’état, et un temps d’attente non négligeable avant de passer en caisse. Il est par ailleurs situé à l’extrémité du terminal E, nécessitant pour les salariés de CDGA, un temps de trajet important sur les parcours des passagers, ce qui entrainera donc de nombreuses sollicitations de nos clients par absence d’agent information en mobilité.

La prime panier dont le montant est bien inférieur à la prime d’absence de restaurant, peut effectivement "compenser pour partie" les frais des salariés qui apporteraient leurs repas préparés chez eux la veille, mais ne permet en aucun cas de se restaurer sur la plateforme.

Notre organisation syndicale ne comprend donc pas la volonté de CDGA d’imposer un dispositif unique aux salariés déjà largement pénalisés par la fermeture de notre restaurant du personnel.

Notre organisation syndicale depuis plusieurs mois demande notamment en délégués du personnel le plus de souplesse possible pour les salariés et la mise en place de plusieurs options, au choix quotidiennement.

Au regard des aléas d’exploitation qui ne peuvent pas être anticipés et de l’organisation du travail et des relèves à assurer, l’UO a la possibilité de permettre à ses salariés, chaque jour de choisir le mode de restauration de leur choix plutôt que d’imposer un choix unique entre deux options à savoir :

- Bon repas pour se restaurer sur place

- Attribution de la prime de sujétions professionnelles correspondante pour les salariés apportant leur repas

- Ou restauration au CE d’AF

- Ou plateaux repas lorsque l’offre sera mise en place

Cette solution est simple à mettre en place via les feuilles d’émargement. Il suffira alors aux salariés de signifier à leur prise de service sur la feuille d’émargement leur mode de restauration :

- prime (pour qu’elle soit saisie par la gestion du personnel)

- bon (pour que le REP ou CAP prépare le bon)

- plateau (pour la commande)

- AF

Persuadée que vous comprendrez l’importance pour les salariés de pouvoir moduler les possibilités de restauration, veuillez recevoir Monsieur, nos salutations distinguées.

Christelle MARTIN Déléguée syndicale

Le courrier du syndicat en PDF