Consultation du CE Accord salarial 2014

, par Christelle MARTIN

Pour 2013, la direction avait proposé 0.4% d’augmentation des salaires non négociables. La proposition étant dérisoire au regard des résultats de l’entreprise et de l’inflation, FO comme l’ensemble des syndicats a refusé d’adhérer à l’accord. Les propositions pour 2014 : La direction a proposé une enveloppe représentant 1% de la masse salariale dont une partie répartie sous forme d’augmentation du traitement de base et l’autre sous forme de prime exceptionnelle soit :
- +0.7% en augmentation générale du traitement de base pour l’ensemble du personnel à l’exception des membres du COMEX,
- une prime exceptionnelle de 133 euros pour le personnel en exécution, maitrise et haute maitrise et 196 euros pour le personnel cadres (cadres A, B et cadres IV),
- une mesure exceptionnelle pour les salariés en bout de grille ayant une ancienneté supérieure à 21 ans et ayant plus de 38 mois dans leur échelon de 150 euros,
- Une prime de 133 euros pour les CAE. La position de FO

L’inflation constatée pour 2013 est selon l’INSEE de 0.8%. Par conséquent, afin de garantir le maintien du pouvoir d’achat des salariés, FO a revendiqué au titre du rattrapage 2013, 0.8% d’augmentation des salaires. Pour 2014, selon les prévisionnistes, l’inflation serait comprise entre 1% et 1.5%. Par ailleurs, les chiffres de l’entreprise (9 mois 2013) sont bons et nous avons dépassé les prévisions faites par la direction. Enfin, la valeur ajoutée (la richesse de l’entreprise produite par les salariés) ne cesse d’augmenter depuis 2004. Nous avons donc une véritable problématique de répartition des richesses produites entre la rémunération du capital (les actionnaires) et la rémunération du travail (les salaires). Alors que la part des bénéfices nets après impôts redistribuée aux actionnaires est passée de 50 à 60% en 2013, que le document de référence montre que certains cadres dirigeants ont vu leur rémunération versée par l’entreprise augmenter significativement, les salariés n’auraient droit qu’à 0.7% en 2 ans.

Même si FO avait demandé une mesure pour les salariés en bout de grille et au plafond de l’ancienneté ainsi qu’une mesure pour les CAE, les 0.3% reversés sous forme de prime exceptionnelle ne sont pas acceptables mais auraient pu l’être s’ils avaient été intégrés au traitement de base, à la prime vacances ou à l’assiduité. Enfin concernant la proposition d’augmentation des salaires, étant inférieure à l’inflation constatée, le pouvoir d’achat des salariés n’est même pas garanti.

Courrier de FO ADP au PDG