Résolution des Assemblées Générales des adhérents FO AD des 20 et 21 juin 2017 APPEL A LA RESISTANCE

, par Christelle MARTIN

En 2016, FO ADP a combattu la loi travail, cette loi désastreuse qui conduit à l’inversion de la hiérarchie des normes et à la remise en cause de pans entiers de la protection des salariés, en demandant son retrait puis son abrogation. En 2017, FO ADP reste fidèle à ses positions et à son comportement de syndicat libre indépendant et rebelle.

Dans la droite ligne du précédent gouvernement, les annonces faites par le Président de la République et son gouvernement vont à l’encontre des travailleurs. Le gouvernement a fait parvenir aux Confédérations Syndicales son programme de travail qui est pour notre syndicat FO ADP inacceptable. Dès avant sa prise de fonction, il indiquait que la priorité des priorités serait la réforme du code du travail.

Face aux ordonnances annoncées et dans l’attente de leurs communications par le gouvernement, FO ADP rappelle aux pouvoirs publics que nous n’accepterons aucune remise en cause de la liberté de négociation, de la liberté syndicale et des principes républicains.

Il faut continuer à lutter pour obtenir l’abrogation de la loi Travail et ne pas s’engager dans un processus conduisant aux négociations dans les entreprises en court-circuitant les branches et ainsi casser toutes les dispositions conduisant à l’application des garanties dans les petites et moyennes entreprises et donc pour nos collègues de la sous-traitance.

Il faut s’opposer à la remise en cause de la retraite par répartition, à la disparition des régimes spéciaux et au code des pensions civiles et militaires.

Il faut s’opposer aux attaques contre les services publics et notamment la poursuite de l’étatisation et privatisation de la sécurité sociale et à la fin du paritarisme dans l’assurance chômage, s’opposer à la suppression de plus de 100 000 postes de fonctionnaires, à l’externalisation de nos missions de services publics en commençant par les "Informations au public" dans nos aéroports.

Il faut s’opposer à la privatisation d’Aéroports de Paris si comme l’indiquent les médias, elle fait partie des funestes projets du gouvernement.

Il faut s’opposer également au patronat et à la direction d’ADP qui accélère le rythme avec :

- la fermeture du dispensaire d’Orly Sud et négociation d’un plan de licenciement économique,

- la fermeture des informations au public, cœur de métier et disparition des métiers d’agents commerciaux, coordonnateurs commerciaux (CCO) et coordonnateurs en charge de la qualité de service (QDS),

- la fermeture des objets trouvés du terminal 1 et le regroupement des objets trouvés au terminal 2,

- la fermeture du restaurant du personnel du terminal A le soir et le weekend

- la réorganisation de la direction de la sureté informatique (DSI), de la direction de l’immobilier (IMO), des moyens généraux de la direction des achats (DHA), de l’exploitation avec la création de la direction générale des opérations (DGO),

- la remise en cause des acquis statutaires pour les nouveaux embauchés (SUFA),

- la volonté de modifier les règles d’avancements pour les non cadres,

- la volonté de remise en cause du forfait jour pour les cadres,

- la dénonciation d’accords collectifs, d’usages,

- la vente de la filiale en charge de la sureté "Hub Safe"

- les prises de participation à l’étranger.

Il faut s’opposer à la remise en cause de nos droits, de nos acquis, de nos conditions de travail, à ce nouveau modèle social tourné uniquement vers l’enrichissement des actionnaires des entreprises et des marchés financiers et contre l’intérêt des peuples et des salariés.

Il appartient au président de la République et à sa majorité parlementaire représentant une minorité de citoyens de savoir s’il tiendra compte des exigences et revendications des salariés portées par notre organisation syndicale.

Si tel n’était pas le cas, FO ADP n’hésitera pas, comme nous l’avons toujours fait à mobiliser les salariés des aéroports parisiens et bloquer les plateformes aéroportuaires avec toutes celles et ceux qui voudront se battre avec nous contre tout recul de notre modèle social.

Nous ne lâcherons rien ! Pas plus aujourd’hui qu’hier ! Et encore moins demain !

Résolution votée à l’unanimité lors de l’Assemblée Générale des syndiqués FO ADP de l’aéroport d’Orly du 20 juin 2017 et celle des aéroports du Bourget et de Roissy Charles de Gaulle du 21 juin 2017.

En PDF, c’est ici